Rome en 3 jours (même si ça ne permet évidemment pas de découvrir tout ce que la ville italienne a à offrir), donne un très bel aperçu des monuments qu’elle abrite, de son ambiance, de son excellente gastronomie…

Depuis quelques années maintenant, le rituel veut que je parte de temps en temps 3-4 jours avec ma sœur dans une ville européenne. Les règles ? Trouver une destination, pas trop chère, plutôt ensoleillée, avec des monuments à visiter et/ou la mer à portée de main, de quoi bien manger, se la couler douce et refaire le monde la bouche pleine de tapas, ou un verre de raki à la main, ou devant la casa Batlo, ou encore sur une plage de sable noir au coucher de soleil… Après être allées à Barcelone, en Grèce puis à Séville, nous avons donc décidé de vivre la Dolce Vita… à Rome, bien entendu !!

Berceau de la civilisation, « Rome ne s’est pas construite en un jour » à ce qu’il paraît, et en découvrant l’étendue des monuments de toutes les époques, qu’ils soient en ruine, majestueusement debout, ou même en rénovation, je comprends en effet que c’est le temps qui a façonné cette ville au gré de ses batailles, de ses victoires, de ses croyances et de son Histoire.

A peine arrivées (après seulement 2 heures de queue pour avoir un bus, s’être faites doublées 36 fois dans cette même queue… Après avoir attendu une demi-heure notre hôte en pensant qu’on s’était trompées d’adresse ;D pendant qu’un couple se disputait à l’italienne…), nous décidons de commencer notre visite par le Colisée, qui non seulement était à côté de l’appart, mais en plus venait tout juste d’être rénové (quelle chance) !

Le Colisée


On se fait une idée d’une ville avant d’y aller et de certains monuments incontournables qu’on rêve de voir de ses propres yeux : le Colisée faisait partie de cette longue liste, j’avais vu tellement de belles images que je rêvais de pouvoir mettre un visage et un ressenti sur tous ces clichés. En arrivant, je me sens projetée au temps des spectacles de gladiateurs (si je fais abstraction des vendeurs à la sauvette qui voulaient à tout prix nous refourguer une perche à selfie.. Anachronique vous dites ?) : j’imagine alors des duels épiques dignes de grands films médiévaux (oui, alors j’imagine un peu la version Game of Thrones je l’avoue :D)…. Avec ma sœur, éblouies par ce joli spectacle sous la lumière rasante du soir, on décide de s’asseoir pour contempler cette imposante architecture, et de s’immerger de la douce ambiance qui berce paisiblement la place toute entière… Ce sera l’occasion aussi de faire un petit point guide touristique 😀 (oui, après le point pipi, le point crème solaire, il y a le point plan… Très important !). Ensuite, nous trouvons un petit restaurant vue sur le Colisée, et l’idée de le voir s’éclairer achève de nous convaincre, et nous voilà à manger nos premières pasta tomate-basilique et un Tiramisu (on commence fort), miam miam, buen appetito (no parlo un mot de Italiano…)

rome-3-jours-01

rome-3-jours-02

rome-3-jours-03

rome-3-jours-04

rome-3-jours-05

rome-3-jours-06

Le Vatican


Après une bonne nuit de sommeil, enfin après une bonne nuit, euh non, après une nuit :D, nous voici prêtes à traîner nos Spartiates du côté du Vatican et de la Basilique San Pietro : nous prenons le métro, qui est plutôt très propre et très agréable comparé à Paris (même si les gens doublent toujours et encore pour acheter un billet…), et débouchons à côté de la Basilique. Un homme (que je pense être un guide du musée puisqu’il nous montre très vite un badge qu’on n’a pas le temps de voir mais qui fait tout de suite sérieux :D) vient nous voir pour nous expliquer comment procéder : Il y a beaucoup de queue, et il faut faire la queue deux fois, mais si on veut éviter tout ça, on peut payer chacune la modique somme de 60 euros chacune (Ahhhh, ce n’est pas ce que j’avais lu…), mais comme on a l’air sympas, il nous le fait à 50 euros (bizarre, bizarre), surtout qu’on pourra passer par un chemin secret qui nous fera accéder plus vite à la basilique (vous m’en direz tant…) après la visite du musée parce-que sinon, ça nous fait 8 km de marche (ah tiens, j’aurai parié que c’était pourtant presque collé), et blablablabla, bref je vous laisse deviner, la vieille arnaque pour touristes débutants… Et ces fameux guides étaient planqués à chaque coin de rue. Donc nous avons fait nos deux heures de queue comme tout le monde, ce qui nous a permis de lire un peu nos guides et combler nos lacunes en connaissances romaines (je crois que j’ai déjà oublié la moitié, ça parlait de Romulus et Rémus, de la fondation de Rome, de Spartacus, de guerres, de la période baroque, « tu quoque fili » (tu as des cloques mon fils) et quelques autres phrases latines que ma soeur semblait connaître par cœur… Ça m’en a bouché un coin : « a bouchum mi coinum »…).

Le musée est très impressionnant, très riche, mais étrangement, ce n’est (et de loin) pas ce que j’ai préféré à Rome : oui, il y a des sculptures, peintures magnifiques partout, et pas des moindres, parce qu’il y a quand même des peintures éblouissantes de Raphaël, Michel Ange. Je pense tout simplement que le monde a eu raison de moi, j’avais l’impression d’avancer dans des couloirs interminables à la queuleuleu, et en plus d’être fatigant, il y a un moment où les gens qui passent leur temps à se prendre en selfie devant les œuvres m’ont rendue presque irritable. La chapelle Sixtine est magnifique, j’ai été très émue de voir le « jugement dernier », surtout que j’avais étudié l’œuvre en histoire de l’art. Mais une fois encore, il y avait beaucoup de monde et l’enregistrement qui criait toutes les deux minutes de nous taire m’a coupée dans mon état de transe artistique… Mais bon, je ne regrette pas de l’avoir fait, parce-que ça reste très intéressant, j’ai adoré la salle des cartes géographiques, et le grand escalier en colimaçon, je pense seulement que les conditions n’étaient pas optimales !

vatican-01

vatican-02

vatican-03

La basilique Saint-Pierre


Après, nous avons refait un petit bout de queue pour entrer dans la basilique (apparemment, ce n’était pas le cas quand ma sœur y était allée 5 ans auparavant, mais avec les normes vigipirates, ils ont installé des portiques d’aéroport, ce qui ralentit un peu le rythme des entrées), c’est pour nous l’occasion d’observer la belle place avec sa grande fontaine au centre et de prendre quelques photos !

rome-01

Enfin, nous entrons dans la Basilique Saint-Pierre… Et là le spectacle qui nous attend est divinement éblouissant !! De grands rais de lumière traversent les fenêtres et éclairent les sculptures et peintures comme d’immenses projecteurs ! Nous nous sentons subitement baignées par la foi divine, et cette lumière dorée posée sur chaque élément que nous contemplons rajoute encore une dimension magique à cette architecture déjà monumentale : les sculptures sont immenses, les peintures fabuleuses, la Pieta de Michel-Ange est magnifique avec ses drapés qui tombent doucement vers le sol. Et surtout l’émotion est palpable, nous croisons quelques yeux humides, des prières pudiques, des sourires attendris devant tant de beauté… C’était joli à voir.

rome02

rome03

Château San Angelo et cœur romain


Ensuite, nous décidons de marcher jusqu’au château San Angelo : Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre, mais sur la carte ça ressemble à une étoile Mario Bross vu du dessus, c’est suffisant pour piquer notre curiosité…

Après quelques petits détours (presque contrôlés évidemment..) nous voici donc à bon port : des travaux nous empêchent d’accéder très près du château, mais nous profitons du point de vue qui est magnifique : à notre droite, le château, en face de nous, une longue avenue vue sur la basilique et à notre droite un pont majestueux bordé de statues traverse la Tevere et nous emmène au cœur du vieux Rome… Nous l’empruntons et arrivons dans un dédale de rues pavées toutes plus mignonnes les unes que les autres : je revois alors les scènes de « To Rome with love » de Woody Allen qui m’avaient donné envie de découvrir cette ville : tout n’est que places, fontaines, monuments très anciens avec de la belle pierre, boutiques, restaurants… Chaque place nous transporte hors du temps, chaque lumière posée sur une pierre est différente, chaque ambiance nous donne envie de nous asseoir un moment et de nous imprégner de la douceur qui nous enveloppe… Ici, un homme statue sans tête mais avec de grosses lunettes tenues par une tige de fer attire les touristes, là-bas un attroupement se forme autour d’un clown aux mimiques hilarantes qui interpelle quelques passants, joue avec une poussette, un ballon qu’il transforme en chien (classique :D), amuse les enfants. La lumière décline et inonde les monuments de couleurs flamboyantes avant de disparaître totalement.

Ce que j’aime surtout quand je découvre une nouvelle ville, c’est quand toutes les histoires se mélangent : il y a ceux qui viennent tous les soirs s’asseoir à la même table de terrasse en regardant les passants, ceux qui se retrouvent entre amis, en famille pour discuter de leur journée, de leurs anecdotes croustillantes, de leurs tracas, bref, de la vie tout simplement ; les couples qui sortent dîner en amoureux ;ceux qui connaissent ces places par cœur, la forme de chaque pierre, qui connaissent ces lieux magnifiques que ce soit de jour, de nuit, baigné de lumière ou par temps gris, pour eux, tout est familier ; et il y a ceux, à l’inverse, qui sont là pour la première fois, qui essaient de s’imprégner de chaque relief, de capter la moindre lumière, les émotions qui s’en dégagent, qui s’émerveillent devant chaque monument, tout n’est encore que découverte et nouveauté…

Et il y a tous ces vestiges autour de nous, témoins d’époques révolues mais qui ont dû voir d’autres scènes de vie transposées à d’autres temps…

Et dans ces moments là, même si ça me donne le vertige, un sentiment fort m’envahit…

Alors que nous errons donc entre la place Navone, la place Venezia, le Palazzo Montecitorio et sa colonne géante, une envie pipi urgente de ma sœur (temps lourd, beaucoup d’eau pour s’hydrater, peu de toilettes… Bref la combinaison gagnante) nous rappela qu’il était déjà tard et qu’il serait de bon ton de se trouver très très rapidement un restaurant (j’ai eu le malheur de refuser la première adresse trouvée, un restaurant triste – chiant – froid – sans âme à touristes, bah j’ai failli me retrouver encastrée dans la porte vitrée de l’entrée…). Mais ouf, c’est en haut d’un tout petit escalier que nous trouvons notre bonheur (la Scala, via di Sant Isidoro), un petit restaurant bien décoré qui nous sert des pâtes aux truffes blanches succulentes et un dessert aux truffes également… Un régal !!

Château San Angelo

rome-06

rome-07

Place Navone

rome-08

Place de la Rotonde

rome-09

Place Montecitorio

rome-10

rome11

Place del Popolo, di Spagna, jardins Borghese, panthéon


Le lendemain, nous entamons notre promenade place del Popolo, d’où nous découvrons les magnifiques jardins de Borghese avec une vue panoramique sur la ville, nous traversons en suite la place di Spagna (malheureusement en rénovation mais superbe tout de même avec sa fontaine poisson et la vue sur l’église de la trinité des Monts qui surplombe le tout) !  Nous redescendons ensuite la rue del Corso et dévions de temps à autre au gré de nos envies : nous visitons le Panthéon romain, un des rares monuments antiques presque intact !! Il abrite entre autres les tombeaux de Raphaël et Victor Emmanuel II, ce n’est pas rien : le plus impressionnant, en dehors de sa forme toute ronde à l’intérieur et de ses magnifiques mosaïques au sol, c’est son grand dôme ouvert sur le ciel !  la lumière qui rentre rend l’endroit magique et c’est marrant de l’imaginer par temps de pluie, il va falloir que j’y retourne pour voir ça !

Place del Popolo

rome12

Vue des jardins Borghese

rome-13

rome-14

rome-15

Panthéon

rome-16

rome17

rome18

rome19

Fontaine de Trevi


Nous allons bien évidemment voir aussi la Fontaine de Trevi (après une pause repas tomates Mozzarella divines, j’en rêve encore) : j’avais vu tellement de belles photos que j’avais peur d’être un peu déçue en la découvrant, qu’elle me paraisse un peu sale, ou microscopique (oui, je ne me suis pas remise de l’effet Joconde quand j’étais petite…). Et bien j’ai été très très surprise ! La fontaine m’a parue immense, les sculptures étaient très blanches, et l’eau d’un bleu translucide pur. Alors oui, il y a un monde fou, mais contrairement au Vatican, ça ne m’a pas gênée : avec ma sœur, nous avons donc jeté une pièce dos à la fontaine, faisant sagement comme indiqué dans notre guide la promesse de revenir un jour :)… Nous ne sommes pas les seules si on en croit le nombre de pièces noyées… Pour vous donner une idée, la fontaine rapporte près de 700 000 euros par an (il a fallu me retenir pour pas que je plonge…), reversés à l’association catholique Caritas (pourquoi pas reverser un petit peu à l’association la Lykornas ?) : mais un certain Dartagnan, un homme du coin, veille au grain et rode souvent dans les parages pour prélever quelques pièces, au grand désespoir des policiers 😀 !!

fontaine-de-trevi_01

fontaine-de-trevi_02

Monument Emmanuel II


Nous terminons notre journée avec une glace trouvée près du monument Emmanuel II : encore une fois, nous avons suivi les instructions Routard à la lettre, nous avons cherché des glaces assez pâles au niveau des teintes, ce sont paraît-il les meilleures, il ne faut pas que le jaune-banane ou le vert-pistache soit trop flashy sinon ça veut dire que c’est chimique… Tout un art ! En tout cas, nous n’avons pas été déçues par notre choix ! Après cette pause goûter méritée, nous sommes montées tout en haut du monument Emmanuel II par un ascenseur de verre impressionnant, telles « Charlie » dans la chocolaterie (mais nous n’avons pas vu d’Oompa Lumpa, dommage), nous profitons du spectacle ! Arrivées au sommet, la vue sur Rome est tout simplement incroyable. Sinon, le monument en lui même est beau mais ne m’a pas éblouie autant que ce que j’avais vu précédemment, je préfère la vieille pierre au marbre blanc 😀 ! Nous avons dîné au restaurant en face de notre appartement (Gallo Matto, via Cavour), en plus d’adorer la décoration, les plats étaient délicieux !!

EmmanuelI-01

EmmanuelI-02

EmmanuelI-03

Basilique Saint Marie de Majeure


Pour notre dernière journée, nous avons visité la belle basilique Sainte Marie de majeur. C’est la plus ancienne église romaine consacrée à la Vierge Marie, et vaut le détour tellement le chœur, les fresques et la nef centrale sont imposants !

sainte-marie-de-majeure-01

sainte-marie-de-majeure-02

Forum Romain


Nous allons ensuite nous promener dans le forum romain par 35 degrés, autant dire que nous avons multiplié les arrêts crème solaire et points eau… Mais malgré cela, les coins ombragés n’étant pas très nombreux, nous avons cuit comme des petits poulets grillés. Peu importe, ça en valait la peine (je ne dis pas ça seulement parce-que ma sœur a fait de magnifiques selfies avec un pigeon, même si ça a dû jouer 😀 :D), ce site archéologique prend aux tripes : une promenade ou tout s’entremêle, ruines, morceaux de portique, colonnes à moitié debout, et ce mélange entre ce qui a été construit, détruit, brûlé, reconstruit donne une force tout à fait particulière aux quelques pierres qui sont restées invariablement dressées vers le ciel, en signe de protestation, invaincues ! Et cette flore qui vient habiller le tout donne une dimension poétique au lieu.

forum-romain_01

forum-romain_02

forum-romain_03

forum-romain_04

forum-romain_05

Ile Tiberina


Enfin,ayant encore quelques petites heures devant nous, nous avons poursuivi notre route jusqu’au théâtre Marcello et traversé le pont Fabricio pour aller sur la toute petite et mignonne île Tiberina.

Tiberina

Notre séjour romain touche à sa fin… En plus d’adorer ces quelques jours que je prends avec ma soeur de temps en temps pour découvrir une destination européenne, je dois dire que j’ai eu un gros coup de cœur pour cette ville !! /p>

Je vous laisse donc ici, on se retrouve bientôt en Andalousie pour notre baptême de voyage en van, en attendant je vous laisse un petit récapitulatum romanum !!

Bons baisers de la Lykorne

Notre itinéraire (Rome en 3 jours)