KHARKHORIN


Et non, vous ne rêvez pas : j’ai testé pour vous, un voyage en Mongolie au milieu des steppes, sous la neige, le tout par – 30 degrés : j’ai dormi dans les yourtes (gers) nomades,et au péril de ma vie, j’ai même goûté du lait de jument fermenté ; ce n’est pas tout, j’ai aussi découvert le plus vieux monastère du pays, celui d’Erdene Zuu (à Kharkhorin), entre ciel et terre… Enfilez vos moufles, on y va !!

Après une nuit blanche passée (dans un hôtel de passe ? Peut-être bien si on en croit les préservatifs sur la table de nuit… En tout cas, les visiteurs étaient très alcoolisés et très bruyants. Bref, le mystère reste entier….) à Ulan Bator (Albator selon ma soeur), la capitale mongole, mon viking et moi-même sommes fin prêts pour trouver le bus direction Kharkhorin : enfin en écriture cyrillique ça donne ça : Хархорин ! Fièrement installés dans un décor irrésistiblement kitsch, avec des têtes de siège en velours rouges à franges, des tissus suspendus en satin et des objets qui tintent dans tous les sens, nous échangeons quelques regards et sourires chaleureux avec les quelques voyageurs mongols qui nous dévisagent tranquillement.  
 
KHARKHORIN
 
A peine les cheminées des usines d’Ulan Bator derrière nous, nous commençons à voir poindre quelques yourtes, des steppes, de la neige… Le bonheur total !!! Bercés au gré de la musique mongole qui parvient doucement à nos oreilles (les clips musicaux sont à l’eau de rose là-bas : les couples et familles parfaites vivent et s’aiment au ralenti sur fond de steppes), nous nous émerveillons devant chaque pixel de paysage… Mais ce ne fut pas pour autant de tout repos, vous en saurez plus dans le chapitre sur la conduite mongole :D…
 
Vient alors l’heure du premier arrêt… Nous sommes au milieu de nulle part, mais tout à coup, nous voyons une aire d’autoroute made in Mongolia : quelques façades sur le bas côté, tout le monde descend, certains partent à travers steppes, d’autres rentrent dans un petit restaurant. Nous leur emboîtons le pas, mais personne ne parle anglais, la carte est incompréhensible, et surtout, avant de penser à manger, question de vie ou de mort, il faut que je fasse une pause pipi… Mon Viking prend les choses en main et mime avec conviction les toilettes (vous avez raté un grand moment) : l’incompréhension qui se lit dans leurs regards médusés me fait tout à coup réaliser l’absurde de la scène. Dans mon guide, j’avais en effet lu que leurs toilettes sont différents de la version occidentale… C’est dehors, sur le bord de la route, ou bien dans une sorte de cabanon. Tout à coup, je  comprends pourquoi j’ai vu partir la moitié du contenu du bus vers les steppes, et j’attire mon Viking qui joue à « devinez ce que je fais ? » dehors. 
Là y a pas de doutes, on est très loin de notre petit confort, on peut toujours trouver ça très exotique et rafraîchissant en vacances, mais je vous raconterai plus tard avec quelle émotion j’ai retrouvé des toilettes #commchénou quelques jours plus tard…
 
Pas de porte, juste un abri de fortune, deux planches de bois, un trou énorme au milieu (je me concentre pour garder l’équilibre.. Ne surtout pas tomber), et une gigantesque fosse béante à caca… Je me surprends à rigoler en essayant de trouver la position idéale (ça me rappelle les toilettes turcs en version encore plus minimaliste, tu ne sais jamais si c’est mieux debout, jambes fléchies, accroupie, dans un sens ou dans l’autre….). Note pour votre futur voyage en Mongolie, n’oubliez pas de prendre des mouchoirs dans votre sac !!
 

KHARKHORIN

 
C’est reparti pour quelques heures de route, nous comptons les moutons, les vaches, les chevaux et les motos, nous admirons les reliefs des steppes, la neige brille avec le soleil et c’est magique….
 
Enfin, nous voyons un énorme portique à l’entrée d’une ville… avec écrit dessus Хархорин (Kharkhorin)… Pas mal l’accueil, nos panneaux manquent un peu de fantaisie à côté !!! Mais ce qui est drôle surtout, c’est qu’une fois entrés dans la ville, les paysages ne changent pas de suite, c’est toujours de la nature à perte de vue pendant une bonne dizaine de minutes…
 
KHARKHORIN
 
Notre hôte nous accueille avec un large sourire, elle parle bien anglais, nous avons de la chance !! Elle nous montre nos yourtes (vous aurez droit à un article plus précis sur la composition d’une yourte et ses règles), nous présente sa famille, nous laisse le temps de prendre nos quartiers une petite heure avant le dîner… Mais d’ailleurs que mange-ton en Mongolie ?

 

KECEKONMANGE EN MONGOLIE

  • Alors accrochez-vous, notre haleine décoiffe et pour cause ; la nourriture en Mongolie, c’est pas pour les fillettes, et je dois avouer que j’ai eu quelques déconvenues (on m’avait prévenue et pourtant je l’avais jouée indestructible #memepapeur)
  • Dans les plats, vous trouverez beaucoup de viande de riz et de pommes de terre ; c’est souvent bouilli, et ça tient au ventre, en même temps, il faut ce qu’il faut pour endurer les températures et les conditions de vie nomades.
  • Je commence par le meilleur, nous avons goûté  le Sholtoi Khool, un bouillon de pâtes, de mouton et de pommes de terres et aussi des pains de viande, ça passe plutôt bien ! 
  • Nous avons mangé des fruits, là dessus, rien à signaler de particulier
  • Nous avons testé THE spécialité, celle qui fait frémir tous les touristes, le lait de jument fermenté (L’airag ), et là, c’est une autre histoire, c’est moins drôle à avaler ; j’avoue, je l’ai jouée petite joueuse sur ce coup là, j’ai bien sûr goûté une goulée à chaque fois, mais je tendais immédiatement ensuite le bol à mon copain avec un regard qui voulait dire « vas-y stoplé,#fépatap…finis »… C’est très amer avec un arrière goût fort en bouche…
  • J’ai goûté un jus violet non identifié, pas mauvais, pas fou non plus, mais je serai incapable de dire ce qu’il y avait dedans…
  • Et nous y voici, il faut que je sois courageuse et que je vous parle du fromage mongol…. C’est arrivé en visitant le monastère d’Erdene Zuu ; les mongols ont à n’en pas douter le sens de l’hospitalité, et partout où ils vous verront arriver, ils vous apporteront généreusement un bol de lait de jument fermenté ou autres réjouissances gustatives. Par un tout de passe passe, j’ai miraculeusement échappé au lait de jument fermenté : mais c’est alors qu’une dame s’est approchée de moi avec une sculpture de nourriture qui ressemblait à une pièce montée, avec plein de jolies gourmandises dessus… C’est là que j’ai attrapé ce que je pensais être un gâteau sucré : mais je me suis très vite rendue compte que ce n’était pas du tout ce que j’imaginais : un goût très fort de biquette trépassée a inondé mes papilles et la consistance était assez farineuse, j’ai cru que j’allais tout recracher sur place, mais j’ai tenu bon ; il est impoli de refuser de la nourriture et encore plus de la recracher à la figure de celui qui vous l’a offerte je suppose 😀 😀 ! Par respect, j’ai fini,même si je me suis discrètement bouché le nez pour ne plus sentir le goût et que j’ai mangé un bonbon par dessus….
  • Nous avons également goûté la Vodka, mais ne tenant pas très bien les alcools forts, j’en ai pas pris beaucoup ! 

Le lendemain, après une première nuit de sommeil en yourte (non pas une yourte grecque, une yourte nature), notre hôte nous emmène aux douches publiques (nous ne savions pas encore qu’il faudrait attendre 4 jours pour prendre la suivante, je pense qu’on sentait le yak putréfié) puis nous partons en quête du monastère bouddhiste d’Erdene Zuu (Kharkhorin), le plus ancien de Mongolie ! 

 

MONASTERE D’ERDENE ZUU (Kharkhorin)


Construit en 1585 sur ordre du prince Abtai Han, il comptait trois temples, un couloir intérieur, puis une enceinte ainsi que 4 portes monumentales. Près de 700 habitations et temples poussèrent progressivement tout autour. L’enceinte extérieure fut ensuite construite pour protéger la forteresse, comprenant 108 stupas. Le monastère fut détruit en 1939 lors d’une purge communiste, ne laissant sur pieds que les 3 temples (transformés en musée par la suite) et l’enceinte, et entraînant la mort de milliers de moines… Ce n’est qu’à la chute du Communisme en 1990 qu’Erdene Zuu retrouva toute sa splendeur et sa portée religieuse.
 
KHARKHORIN
En entrant dans l’enceinte du monastère, nous sommes d’emblée enchantés par la douce ambiance qui y règne : Le ciel est d’un bleu vif, les toits en briques verts se mélangent avec les frises et ornements jaunes rouges et bleus, et la neige vient habiller les reliefs ça et là pour parfaire le tableau. Là, tout de suite, maintenant, on aurait voulu mettre pause et profiter de ce spectacle à l’infini… Mais n’ayant pas encore réussi à maîtriser la Force, nous avons donc essayé d’enregistrer le maximum de choses dans nos têtes : le froid qui entre dans nos poumons et nous fait nous sentir vivants, les vêtements traditionnels de soie colorés des Mongols, les moulins à prières dont s’échappent une douce musique une fois effleurés et répandent moultes promesses au vent, ce chien qui se dore la pilule au soleil, les oiseaux qui tournoient autour des pagodes jaunes, dorées et bleues, les enfants qui jouent, courent, rient aux éclats, les tissus bleus flottant au vent…
 

La visite de l’enceinte est gratuite, mais il faut payer 3500 Tugrik pour visiter l’intérieur des 3 temples : ils représentent les 3 étapes de la vie de Buddha : l’enfance l’adolescence ainsi que l’âge adulte. La visite dure une petite demi-heure j’avoue que je n’ai pas tout compris mais c’est intéressant d’avoir quelques explications sur le bouddhisme et les statues, figurines et médaillons sont beaux ! Pour la visite gratuite et le musée, vous pouvez compter deux heures ! 

KHARKHORIN

KHARKHORIN

KHARKHORIN

Voilà quelques portraits qui vous donneront une petite idée des costumes traditionnels : ils se composent du deel (larges robes jusqu’au genou avec des boutons sur le côté droit), d’un chapeau, de bottes, et aussi d’accessoires. 

KHARKHORIN

Des tortues de pierre siègent à l’extérieur de l’enceinte du monastère : symboliquement, elles protégeaient la ville. Une des tortues a été placée en dehors du monastère, sur la colline de Kharkhorin. Nous avons donc voulu aller la voir de plus près tout en profitant d’un joli panorama sur les montagnes et la ville.

KHARKHORIN

KHARKHORIN                    KHARKHORIN

INFORMATIONS PRATIQUES MONASTERE D’ERDENE ZUU (Kharkhorin)
Le parc est ouvert de 9h à 18h de mai à septembre et de 10h à 17h d’octobre
Enceinte gratuite • TARIF visite des temples : 3500T
Plus d’infos sur https://www.tripadvisor.fr/ShowUserReviews-g778615-d501899-r508749999-Karakorum_Kharkhorin-Kharkhorin_Ovorkhangai_Province.html

Ce sera tout pour aujourd’hui, voilà un premier aperçu de notre séjour en Mongolie, je vous garde au chaud (euh au frais plutôt) la périlleuse découverte de la cascade de glace d’Olkhon, trésor perdu au milieu des montagnes, avec quelques anecdotes croustillantes sur la conduite et les pannes versions mongoles…. A très vite !!

Bons baisers de la Lykorne Illettrée ! 

KHARKHORIN